Balayez les doutes de votre interlocuteur
d’un entretien d’embauche

Voilà un scénario bien trop réaliste et très angoissant pour n’importe quel recruteur : après une recherche de plusieurs mois, le poste est enfin pourvu et il apparaît rapidement qu’il a choisi le mauvais candidat. Découvrez ci-dessous les doutes les plus fréquents des responsables des ressources humaines et des conseillers RH. Bénéficiez de nos conseils pour éliminer ces doutes de manière proactive et pour faire bonne impression à votre interlocuteur.

Naturellement, tout responsable des ressources humaines veut éviter ce type de situation. Il se penche minutieusement sur le profil de tous les candidats qu’il invite à passer un entretien d’embauche : qu’est-ce qui joue en sa faveur et en sa défaveur ? Y a-t-il des craintes à avoir ou existe-t-il des risques potentiels ?

Il est extrêmement important pour les candidats d’imaginer ces doutes afin de pouvoir s’y préparer avant l’entretien d’embauche. Voici les quatre principales craintes d’un responsable des ressources humaines :

1. Vous ne disposez pas des qualifications et de l’expérience requises

Le responsable des ressources humaines recherche un candidat remplissant au mieux les exigences liées au poste, et ce à juste titre. Si vous ne disposez pas des qualifications requises, procédez comme suit :

Identifiez les qualifications dont vous ne disposez pas.

Pendant votre préparation à l’entretien d’embauche, vous vous êtes sans doute concentré(e) sur les exigences que vous remplissez le plus et que vous souhaitez mettre en avant lors de la discussion. Cependant, vous devez aussi obligatoirement vous pencher sur les qualifications qui vous manquent.

Pouvez-vous acquérir ces qualifications avant l’entretien d’embauche ?

S’il vous manque une qualification clé pour le poste, demandez-vous si vous pouvez l’acquérir en amont de l’entretien. Vous ne pourrez de toute évidence pas acquérir n’importe quelle qualification dans un délai court. Mais faire les démarches dans ce sens constitue déjà un premier pas.

Comment réagir lorsque votre interlocuteur exprime des doutes

Si votre interlocuteur exprime ouvertement des réserves, soulignez que vous comprenez vite et que vous aimez apprendre. Peut-être pouvez-vous également démontrer à votre interlocuteur au moyen d’exemples que vous avez acquis des compétences rapidement par le passé ou que vous avez de votre propre initiative suivi une formation continue.

2. Votre CV comporte des trous

Faire une pause dans sa vie professionnelle peut se révéler très gratifiant et enrichissant. Bien entendu, des circonstances imprévisibles et inévitables peuvent également avoir entraîné des trous dans votre CV. Quelles qu’en soient les raisons, vous devez être en mesure d’en parler ouvertement et en toute franchise. Cela vous permettra d’éliminer certains doutes de votre interlocuteur. Voici quelques conseils :

Soyez prêt(e) à justifier certaines périodes d’inactivité :

Vous devez avoir les trous de votre CV bien en tête avant votre entretien. Dans le meilleur des cas, vous pouvez expliquer quels atouts vous avez apportés à vos postes précédents ou ceux que vous pouvez apporter au poste que vous convoitez. Ce sujet suscitera à coup sûr l’intérêt de votre interlocuteur. Si vous vous êtes préparé(e) et si vous savez comment vous voulez aborder la chose, vous êtes en mesure d’expliquer à votre interlocuteur les raisons pour lesquelles vous n’aviez pas d’emploi et lui faire comprendre que vous n’êtes pas pour autant resté(e) sans rien faire. Étiez-vous en voyage ? Faisiez-vous du bénévolat ? Étiez-vous à la recherche d’un emploi ? Dans tous les cas, soyez honnête à ce sujet.

Räumen Sie im Vorstellungsgespräch Zweifel des Interviewers aus

3. Vous semblez nerveux(se) et peu sûr(e) de vous

Essayez de ne pas vous laisser submerger par votre nervosité. Sinon, votre interlocuteur pourrait ne pas détecter l’étendue de votre potentiel et douter de votre qualification pour le poste. Deux conseils :

Préparez-vous bien

Si vous savez que vous devenez facilement nerveux(se), vous devez encore davantage vous préparer. Plus vous serez préparé(e), plus vous serez sûr(e) de vous et calme. Exercez-vous à répondre aux questions standard à haute voix, planifiez votre trajet, assurez-vous de dormir suffisamment et préparez votre tenue la veille.

Pendant l’entretien d’embauche :

Adoptez une attitude et un état d’esprit positifs

  • Voyez l’entretien comme une simple conversation.
  • Réfléchissez avant de répondre aux questions que l’on vous pose et parlez lentement et clairement.
  • Restez vous-même, ne jouez pas la comédie.
  • o Maintenez un contact visuel avec votre interlocuteur et soyez souriant(e).

4. Vous êtes surqualifié(e)

Si le responsable des ressources humaines parcourt votre CV et pense que vous êtes surqualifié(e) pour le poste, il aura probablement aussi des réserves et des doutes pendant l’entretien. Il peut par exemple se dire que vous n’allez pas vous impliquer pleinement dans cette nouvelle fonction et que vous allez rapidement rechercher un autre poste. Peut-être se dit-il aussi simplement que vos prétentions salariales seront trop élevées. Si vous postulez à des emplois moins exigeants ou moins bien payés, vous devez être préparé(e) à ce que l’on vous le fasse sentir. Ces trois conseils peuvent vous aider :

Évoquez votre intérêt pour le poste :

Pour balayer les doutes de votre interlocuteur, il est essentiel de lui montrer que c’est ce poste en particulier qui vous intéresse vraiment. Informez-vous en amont, préparez quelques questions en vue de l’entretien et prenez des notes pendant la conversation. Votre engouement pour le poste doit véritablement vous permettre d’attirer l’attention de votre interlocuteur. Vous pouvez convaincre votre interlocuteur que vous êtes la personne idéale pour le poste, quelles que soient vos qualifications.

Indiquez clairement que vous recherchez un emploi à long terme :

L’une des craintes les plus fréquentes des recruteurs est qu’un candidat surqualifié se réoriente rapidement. Efforcez-vous de démontrer à votre interlocuteur que votre parcours professionnel est solide, que vous êtes un(e) collaborateur(trice) loyal(e) et que vous êtes toujours resté(e) longtemps chez vos employeurs précédents.

Soyez honnête :

Si votre interlocuteur exprime ses inquiétudes au sujet de votre surqualification, expliquez-lui ouvertement et en toute franchise pourquoi vous avez postulé à ce poste. Vous souhaitez exercer une activité dans laquelle vous assumez moins de responsabilités ? Vous accordez peu d’importance à l’argent et vous pouvez vous permettre de faire un travail qui vous plaît vraiment ? Vous souhaitez vous réorienter professionnellement ? Votre franchise sera appréciée et elle permettra à votre interlocuteur de comprendre vos motivations.

Une bonne préparation est essentielle. Avant votre entretien d’embauche, regardez-vous dans le miroir, au sens propre comme au sens figuré. Mettez-vous à la place du responsable des ressources humaines et tentez d’imaginer de manière réaliste ce qui pourrait être source d’inquiétude pour lui. Vous serez ainsi parfaitement prêt(e) pour votre entretien. Vous aurez confiance en vous, vous pourrez balayer tous les doutes de votre interlocuteur et le convaincre que vous êtes la bonne personne pour le poste, et ce même bien après avoir reçu votre premier salaire !